Vie et mort d'un apprenti sorcier de

Publié le par Chez libouli

Vie et mort d'un apprenti sorcier

 

Mot de l'éditeur

 

" Il faisait nuit et la lumière des étoiles glissait, brutale, sur la crête de la cordillère grise. Les lueurs jaunes dévalaient du sommet jusqu'aux creux des montagnes, se glissaient dans les torrents d'altitude qui, à leur tour, se faisaient or liquide en descendant et donnaient des airs de fruits mûrs aux rochers couverts de nuit. Les yeux d'Ahona, la chienne aux mamelles tendres, avaient rougi plus que de coutume. Ils semblaient caresser et allumer les feux follets de mon cimetière de lézards. Car le premier acte de mon gouvernement avait consisté à fusiller des lézards... ". L'univers de Saint-Domingue, fait de politique, de misère, de beauté, d'histoire et de sorcellerie. Sous la plume de Marcio Veloz Maggiolo naissent des forêts, des montagnes et des villages, grouillants de créatures dans toutes leurs transformations. Nous vivons avec ces personnages dans le domaine des forces occultes. Nous découvrons le vaudou haïtien, où les rivalités entre esprits de l'au-delà se donnent libre cours sous le regard de Sombra Castaneda retiré dans la solitude de la sierra Martin Garcia. Vie et mort d'un apprenti sorcier est un livre foisonnant et luxuriant où l'on retrouve le souffle des grands romans d'Amérique latine.

 

 

Vous y lirez


 

Peu à peu, au cours des siècles, en passant de ville en ville, je compris qu'il fallait d'abord maîtriser le milieu ambiant avant de réformer les hommes. Cela devint la pensée essentielle de ma pensée.

 

 

Mon grain de sel

 

 

Malgré de chouettes déscriptions, malgré des personnages "haut en couleur", malgré un récit un brin fantastique (créatures fantastiques, transformations), je ne suis pas entrée dans l'histoire...Peut-être parce que je n'ai pas aimé les personnages...Je pense toutefois le reprendre plus tard, peut-être à un moment plus calme.

 

 

J'ai relevé cette incohérence qui n'est pas grad chose certes, mais comme un mec qui "possède" et "honore" (là se me fait bien marrer) 113 femmes ça atendance à ménerver un peu...forcément, j'ai noté (oui, ou je sais il ne faut pas tout prendre au premier degré) :


...Mimilo passait ses nuits à honorer ses 113 femmes (dont l'une, Manuela, avant 111 ans).

 

et plus loin

 

...ses 113 femmes qui s'appelaient toutes Beltré.

 

 

 

 

Editions Ginko, en février 2011

 

C'est une critique rédigée pour Babelio

que je remercie, ainsi que les éditions Ginko, pour m'avoir transmis le livre

 

 


Publié dans Livres

Commenter cet article