Là-haut, tout est calme de Bakker

Publié le par Chez libouli

 

 

Le mot de l'éditeur

 

Helmer van Wonderen vit depuis trente-cinq ans dans la ferme familiale, malgré lui. C'est Henk, son frère jumeau, qui aurait dû reprendre l'affaire. Mais il a disparu dans un tragique accident, à l'âge de vingt ans. Alors Helmer travaille, accomplissant les mêmes gestes, invariablement, machinalement. Un jour, sans raison apparente, il décide d'installer son vieux père au premier étage, de changer de meubles, de refaire la décoration de la maison. Le besoin de rompre la monotonie de sa vie et l'envie de mettre fin à ce face-à-face presque silencieux avec un homme devenu grabataire le font agir, plein de colère retenue. Les choses s'accélèrent le jour où il reçoit une lettre de Riet lui demandant de l'aide : Riet était la fiancée de son frère. Elle fut aussi à l'origine de son accident mortel... En se mettant dans les pas d'un paysan du nord de la Hollande, Gerbrand Bakker évoque avec précision et poésie le désir humain de maîtriser sa vie. Il entraîne le lecteur dans une inoubliable quête de bonheur.

 

 

Mon grain de sel

 

Retour à une lecture "adulte" après pas mal de littérature jeunesse...Au début, on se demande vraiment ce qu'il a contre son père, on comprend qu'il s'est passé quelque chose et en tous cas qu'il n'y a pas d'amour entre ces deux-là. Et puis, Herlmer accepte que le fils de Riet vienne tavailler à la ferme et petit à petit, au fil des pages, des retours en arrière sur la vie des jumeaux (helmer et son jumeau Henk) nous dévoilent sa personnalité.

 

J'ai bien aimé (4/5) : un roman de l'immobilisme -presque- un peu comme ceux de Hubert Mingarelli que je conseille de lire si vous avez aimé aussi ce texte.

 

 

 

 

 

Une autre (vraie) critique :

 

http://www.telerama.fr/livres/la-haut-tout-est-calme,46236.php

Publié dans Livres

Commenter cet article